"The Take" et autres : exercices de réappropriation en Argentine

Publié le par Le désert du réel

   Argentine 2001-2002. Le capitalisme argentin s'effondre, littéralement. Les capitaux quittent le pays nuitamment. Les banques ne paient plus. Les capitalistes abandonnent le navire. L'insurrection éclate : pillages, grèves générales, émeutes. Ici et là, des assemblées populaires se développent, les chômeurs bloquent les routes, les banques sont assaillies et saccagées, et des ouvriers se réapproprient leur usine et les remettent en marche, à leur compte - mise en commun : communisation.

 

   A suivre dans trois documentaires :
 

1. "The Take", réalisé par Avi Lewis et Naomi Klein.

   Synopsis : " A la suite de la crise économique argentine de 2001, trente ouvriers au chômage dans la banlieue de Buenos Aires occupent leur usine abandonnée par les patrons et refusent de la quitter. Ils demandent le droit de faire repartir les machines, de reprendre le travail.

Freddy Espinosa, président de la nouvelle coopérative des ouvriers de La Forja, et Lalo Paret, activiste du Mouvement National des Entreprises Récupérées, vont faire face, avec leurs camarades, à leurs anciens patrons, aux banquiers et au système tout entier..."

   Disponible en cinq parties. Première partie ici :  

Cliquez  sur l'image pour l'ouvrir dans sa page d'origine, avoir accès au format plein écran et avoir la suite.
ou ici :

  
 
2. Argentine : les usines sans patrons : un documentaire d’Arte Reportages, de Laurent Cibien, Alain Guillon et Claude Clorenne.



3. "Usines à l’abandon, l’exemple argentin" :documentaire de Isaac Isitan.



Autre documentaire sur l'Argentine : "Mémoire d'un saccage - Argentine, le hold up du siècle", réalisé par Fernando E. Solanas.
Disponible en huit parties. Première partie ici :

Mémoire d'un saccage-1_8

Cliquez  sur l'image pour l'ouvrir dans sa page d'origine, avoir accès au format plein écran et avoir la suite.

ou ici : http://www.dailymotion.com/video/x8tw36_memoire-d-un-saccage-1-8_webcam

  
   "Durant ces 25 dernières années, de la dictature militaire à aujourd'hui, l'Argentine a subi l'un des effondrements économique et social les plus brutaux qu'un pays ait pu connaître en temps de paix. Ce pays riche et sa population ont vécu l'ensemble des traumatismes dénoncés par les altermondialistes. Tout cela avec l'aide et la connivence de multinationales occidentales et sous le regard complice des institutions internationales. Cette politique de la terre brûlée a abouti à un véritable génocide social, un cataclysme inouï fait de famine, de maladies et de vies humaines sacrifiées. Saccage dénoue un à un les mécanismes qui ont conduit à cette catastrophe".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article